Le Ouebolitique, cette ère sauvage et dangereuse

présentation du ouebolitique

Le Oueb est une jungle ! Pour réussir en ligne (ndlr : comme partout ailleurs entre nous soit dit) il s’agit de bien étudier son environnement et les différents êtres plus ou moins dangereux qui le composent.

Ignorer cette règle universelle de base reviendrait à aller direct au casse-pipe.

Et c’est d’autant plus vrai quand on parle du Oueb.

Cet article pédagogique digne des meilleures encyclopédie animalières con-temporaines a vocation à te présenter de façon quasi exhaustive, les différentes espèces peuplant cette sinistre ère glaciaire qu’est le Ouebolitique.

Après en avoir pris connaissance, il est certain que tu seras armé et prêt à affronter les affres et nombreux dangers dont regorge notre si belle toile. Bonne lecture :

o button62561017 Le Seosaurus  :

Teigneux, facilement irritable et se déplaçant exclusivement en petits groupes soudés de 5 à 7 individus, le Seosaurus fait preuve d’une ferveur doublée d’une hargne sans pareille lorsqu’il s’agit de défendre son pré carré.

Les spécimens au pelage foncé chercheront par tous les moyens à gouter aux fruits défendus (quitte à prendre de gros risques) alors que leurs congénères à la robe immaculée se nourriront exclusivement de glands et de fromage* (*ndlr : fromage qu’on trouve autour du gland, naturellement).

Féroces, impitoyables et sanguinaires, les quelques malheureux ayant osé souiller leur territoire de leurs gros sabots ont tous plus ou moins fini en charpie.

o

 

button62561017 Le Copywritosaure :

Solitaire et en apparence pacifiste, il ne se mêle que très rarement aux autres espèces du Ouebolitique.

D’une manière générale le Copywritosaure est un « végète à rien » qui se nourrit exclusivement de légumes avec une légère préférence toutefois pour les poireaux et les grosses courges.

Charmeur et habile, son ramage si caractéristique a bien souvent tendance à hypnotiser les Pigeonnosaures qui ont eu le malheur de se trouver dans son champ oratoire. Ce qui fait par conséquent de ces fameux volatiles à chair tendre, un met de choix pour le rusé Copywritosaure.

o

 

button62561017 L’Infographosaure :

Dangereux et imprévisible, l’Infographosaure reste assurément l’une des espèces les plus féroces et forcément les plus redoutées de son époque.

Généralement solitaire, il parcourt sans relache l’hostile jungle sauvage du Ouebolitique à la recherche de baies gratuites et de points d’eau ouverts* (*ndlr : les fameux « Open Sources ») qui constitueront la base essentielle de nourriture nécessaire à sa survie.

Généralement agressif et doté d’une gueule énorme, peu d’espèces osent s’y frotter d’autant plus qu’il n’est pas rare d’entendre, à la nuit tombée, le raisonnement de ses hurlements bestiaux à travers la plaine.

o

 

button62561017 Le Formatosaure :

Fourbe et en apparence sage, il sillonne inlassablement la jungle à la recherche de Pigeonnosaures, incontestablement sa proie favorite.

Malin et fin stratège, sa technique de chasse préférée consiste à disposer à la vue de ces derniers, un tas de graines appétissantes pour un repas plein de promesses puis de bondir sur les pauvres volatiles inexorablement attirés par cette bonne pitance pourtant trop facile à atteindre.

A noter que le nombre de Formatosaures a tendance à se développer de façon exponentielle ces dernières années étant donné qu’à part le Hackosaurus, cette espèce n’a pas véritablement de prédateur connu.

o

 

button62561017 L’Adsensosaure :

Discret et indépendant, l’Adsensosaure ne semble prêter aucune attention à ce qui se passe autour de lui.

Cousin éloigné de la fourmi, ses journées sont exclusivement dédiées à la recherche et au ramassage de miettes microscopiques disséminées ça et là, à même le sol terreux de la vaste jungle Ouebolitique.

Chaque nouvelle trouvaille suffit à son bonheur et lui procure une joie indescriptible doublée d’un sentiment général d’abondance.

Patient et minutieux, son seul plaisir consiste à observer, au fond de son terrier, son tas de miettes grandir progressivement au fil des mois.

o

 

button62561017 Le Blogosaure :

Assurément l’espèce dotée des capacités reproductives les plus impressionnantes de son ère, le Blogosaure envahit progressivement mais surement le Ouebolitique tout entier.

Spécialisé en rien mais expert en tout, il s’est fixé pour objectif d’aider (souvent maladroitement) toutes les autres espèces de son époque, provoquant quelquefois la colère et l’agacement de ces dernières.

Vouant une admiration sans failles aux Formatosaures, attaché à son image et vivant généralement en tribus de plusieurs centaines d’individus, il en est intimement persuadé : l’Union fait la Farce*.

o

 

button62561017 Le Pigeonnosaure :

Isolé, fragile et assurément doté du sens de l’orientation d’une femme en Twingo dans un centre-ville, le Pigeonnosaure est à la merci de tous les prédateurs les plus féroces de l’hostile jungle Ouebolitique.

Lointain parent du célèbre « Chibrodactyle Cracheur », chétif et volontiers naïf, il se laissera 9 fois sur 10 attraper puis plumer par les Copywritosaures et les Formatosaures.

Semblant avoir de grandes capacités à se reproduire, surtout en période de crise, le Pigeonnosaure est à la base de la chaîne alimentaire du Ouebolitique, assurant ainsi la stabilité et la pérénnité de cet ecosystème fascinant et bien huilé pour encore de longues années.

 

(* Non, pour celles et ceux qui ont encore des doutes, c’est pas une faute de frappe ;))

 

o

 

Les Espèces proposées par mes excellents lecteurs 😉  :

 

Le Commentatozaure : En chasse permanente d’espace ou le suivi de la baie du link est free. Il dépose sa bouze et répand son odeur partout, pour attirer et détourner les Pigeonnosaure de sa route. Espèce à surveiller. (Par Stéphane de 4h18)

o

Le Techniquosaure : Celui qui ne peut s’empêcher de taper CTRL U pour aller voir le code source de toute page internet.

Le Googlosaure : spécialiste des recherches en tous genres. (Par Christian de Techniques-Internet)

o

Le Flattosaure : (ndlr : qui se transforme après en JTARNAQUOSAURE) C’est celui qui dans des commentaires ou des mails plein de charme te vante la beauté de ton site, ton professionnalisme, même qu’il n’a jamais vu un site aussi bien que le tien, avant de te glisser subtilement qu’il aimerait mettre des pubs, des liens, et tout plein de trucs sur ton magnifique site, gratuitement bien sur et même que c’est toi qui doit lui en donner. Et là tu te transformes en PIGEONNAUSAURE. (Par Marie-Do de Ados Mode d’emploi)

o

L’Homo Lectorens : (ndlr : Appelé plus couramment l’Ecteur) Bien plus agile que son proche parent comportemental – le Pigeonnausaure – il bénéficie toutefois d’une clairvoyance et d’un recul hors du commun. Il a tendance à observer, comprendre et apprendre de ces observations. Lors qu’il est suffisamment nourri, il devient, par une sorte de mutation étonnante, un Rédactausore redoutable et là, attirant l’attention des Pigeonausaures, les détourne de la gamelle offerte par les premiers… qui finiront par disparaître, faute de public. (Par Jean-Michel de Votre Branding)

o

L’Affiliatosaure : Une espèce pas si rare qui aime se délecter de l’innocence (ndlr : ou l’ignorance) du Pigeonnosaure en lui recommandant le dernier Silex à la mode. Silex que l’Affiliatosaure n’a lui-même, bien sûr, pas testé … il ne faut pas abuser non plus. Détail intéressant, assez copain-copain avec le Formatosaure, l’Affiliatosaure peut parfois être une évolution (Pokemon inside) du Pigeonnosaure qui se dit qu’il n’y a pas de raison à ce qu’il soit le seul à (parfois ?) se foire avoir ! (Par Xavier de Market Samurai)

o

Le Spamodactyle : Espèce sauvage cousine de celle des commentatosaures, c’est un animal fait néant partisan du moindre effort, qui ne connait qu’un seul mot, groaaaaaarrrrrr, qui veut dire en langage spamodactylien « merci pour le partage ». (Par Cover Girl de Jeux2beauté)

o

Le Belgosaure : Il vit au bord de la mer se nourrissant de crustacés et de tubercules qu’il découpe et fait cuire dans les sources d’eau bouillante. Il a une arme redoutable pour se défendre. Les ennemis qui s’approchent de lui sont victimes de spasmes et de cris rauques de plus en plus importants au fur et à mesure qu’ils s’approchent.

C’est ce qu’on appelle le syndrome du Coluchosaure.

Certains blogosaures qui disposent parfois du même système de défense (la familles des Sylvainidés surtout) se mêlent occasionnellement aux Belgosaures. On a du mal à les distinguer l’un de l’autre puisqu’ils produisent les mêmes excréments, bien différents des autres espèces (comme on dit, chacun ses merdes une fois). Ceux-ci sont très acides et brulent les panards des formatausaures qui ne savent généralement pas trop comment réagir lorsqu’ils ont marché dedans alors qu’ils étaient en train de chasser les pigeonnausaures (ceux-ci se réfugient parfois chez les belgosaures pour obtenir des astuces leur permettant d’échapper aux autres sales bêtes puantes).

Ils ne sont malheureusement pas assez nombreux et l’on devrait protéger l’espèce. En votant un budget en leur faveur par exemple. Ce serait pas mal du tout. (Par Christian de Destresse-Marketing)

o

L’Expertausaure : C’est une évolution intéressante du blogosaure qui se produit en général 2 à 3 mois après sa naissance. L’expertausaure à les mêmes caractéristiques que l’espèce dont il descend sauf qu’il est devenu expert en la matière et qu’il peut se permettre d’espérer un jour être accepté dans le clan des Formatosaures. (Par Julien de Directosteo)

 

 

Et toi, tu en vois d’autres des espèces? Et dans quelle catégorie tu te trouves finalement tiens? Viens nous le dire en commentaires 😉

 


partager sur les réseaux sociauxAvant d'oublier : Si t'as aimé cet article, fais le donc tourner sur les réseaux sociaux en cliquant simplement sur les petits boutons de partage juste au-dessus. Un grand merci à toi ;)



Tu veux réussir ta vie? Alors suis moi sur Twitter en cliquant ici.

24 commentaires pour “Le Ouebolitique, cette ère sauvage et dangereuse”

  1. 4h18 dit :

    Ah mais que voilà une belle prose de l’ecrivanus rarozusse ! De son clavier acéré, il détruit, démolis, éparpille tout ce qui lui passe à porté de ouaibe.

    Néanmoins, du haut de son perchoir mal assuré, il dispose d’un point de vue imprenable pour étudier la faune et ses diverses espèces pour nous livrer là un tableau digne de la Joconde 2.0.

    Il manque toutefois une espèce, le commentatozaure. En chasse permanente d’espace ou le suivi du la baie du link est free. Il dépose sa bouze et répand son odeur partout, pour attirer et détourner les Pigeonnosaure de sa route. Espèce à surveiller.

    • Sylvain dit :

      Salut Stéphane,

      Très bon ça, le Commentatozaure! Je l’avais oublié celui-là tiens.
      Ca pourrait être un dérivé ou un lointain cousin du Seosaurus pour le coup.

      Bien vu 😉

      • LaurentB dit :

        Il y a aussi ceux qui sont spécialisés dans le Troll. Cela pourrait donner le Trollosaure.
        Puis nous avons le Boulet ou Bouletosaure.
        Le monde du Libre les libristes, qui sont des Libritosaures.

        • Sylvain dit :

          Le monde du Libre les libristes, qui sont des Libritosaures.
          Egalement connus sous le nom de « Ploumosaures » c’est ça? 😀 😀

          Bien vu pour les autres. Effectivement ces espèces sont très répandues. Mais pas chez moi. Bien évidemment.

  2. Christian dit :

    Salut Zen,

    Il existe le techniquosaure, qui ne peut s’empêcher de taper CTRL U pour aller voir le code source de toute page internet.
    Le googlosaure, spécialiste des recherches en tous genres.
    Je me vois bien dans ces deux là, je ne citerais pas les autres pour ne pas verrouiller les futurs commentaires 🙂

  3. Coucou Sylvain,

    Bon déjà mettons les choses au point, j’ai une twingo et j’ai le sens
    de l’orientation, donc arrête de faire le « Machosaure » Non mais Oh !
    T’as de la chance que je t’aime bien !

    Autrement je rajouterais, le FLATTOSAURE (qui se transforme après en
    JTARNAQUOSAURE), qui dans des commentaires ou de mails plein de charme te vante la beauté de ton site, ton professionnalisme, même qu’il n’a jamais vu un site aussi bien que le tien, avant de te glisser subtilement qu’il aimerait mettre des pubs, des liens, et tout plein de trucs sur ton magnifique site, gratuitement bien sur et même que c’est toi qui doit lui en donner. Et là tu te transformes en PIGEONNAUSAURE.

    Ouai je sais ça sent le vécu 😉

    Bonne soirée
    Marie-Do

    • Sylvain dit :

      Salut Marie-Do,

      Ca se voit à peine que ça sent le vécu ton Flattosaure 😀 😀
      J’en ai pas des masses qui trainent par chez moi : j’aurais pas pu le trouver celui-là mais je le garde au chaud pour le jour où j’en croiserai un 😉

      Pour la Twingo, remplace par « Ford Ka » si tu veux 😀

      Repasse quand tu veux, ça faisait un bail l’@mie

      Cordialitude amicale,
      Sylvain

  4. Jean Michel dit :

    Hello l’amizen,

    pour un ex-retraité du web, je te trouve bien en forme. J’ai scruté cette encyclopédie d’un autre âge en tentant d’y trouver la proie de ces Dinoblogosaurus. Certainement ceux qui sont à l’origine de leur existence et qui pourraient bien, si l’espèce ne s’adapte pas au climat, devenir le bras armé de leur disparition… Il s’agit de l’homo lectorens, appelé plus couramment l’Ecteur. Force est de constater que l’on en parle pas et pourtant :
    Bien plus agile que son proche parent comportemental – le Pigeonnausaure – il bénéficie toutefois d’une clairvoyance et d’un recul hors du commun. Il a tendance à observer, comprendre et apprendre de ces observations. Lors qu’il est suffisamment nourri, il devient, par une sorte de mutation étonnante, un Rédactausore redoutable et là, attirant l’attention des Pigeonausaures, les détourne de la gamelle offerte par les premiers… qui finiront par disparaître, faute de public.
    Mais bon, mon ami Zen, tu as entrepris un tel travail d’investigation que l’on ne peut pas te reprocher cet oubli.
    Au fait, tu fais quoi « le dernier jour du reste de ta vie » ? (N.D.L.R : demain quoi!)
    A bientôt !

    • Sylvain dit :

      Yeahhh Jean-Michou, comment va?

      Très bon, l’homo lectorens, j’y avais pas pensé 😉
      Remarque, yavait aussi le Jeanmichosaure : celui qui se lance à corps perdu dans des paris inimaginables et qui fait trembler les Formatosaures quant à un éventuel succès 😀 😀

      Content d’un peu te relire ici l’@mi, tes commentaires me manquaient!
      Repasse quand tu veux… Le plus tôt sera le mieux.

      Cordialitude Ouebolitique
      Sylvain

      PS : « pour un ex-retraité du web, je te trouve bien en forme »… N’est-ce pas. Pourvu qu’ça dure comme dirait l’autre 😉

  5. Xavier dit :

    Pas de nouvelles de l’Affiliatosaure ? Une espèce pas si rare qui aime se délecter de l’innocence (ou l’ignorance) du Pigeonnosaure en lui recommandant le dernier Silex à la mode. Silex que l’Affiliatosaure n’a lui-même, bien sûr, pas testé … il ne faut pas abuser non plus.

    Détail intéressant, assez copain-copain avec le Formatosaure, l’Affiliatosaure peut parfois être une évolution (Pokemon inside) du Pigeonnosaure qui se dis qu’il n’y a pas de raison à ce qu’il soit le seul à (parfois ?) se foire avoir !

    • Sylvain dit :

      Bien joué Xavier 😀

      Figure toi que j’y avais pensé à l’Affiliatosaure mais je savais pas comment le tourner ni par quel bout le prendre pour le décrire cet animal.
      Ce que tu as réussi à faire avec panache (et Force 4 – ça déssoiffe – hum…).

      Excellent mon gars 😉

  6. Sylvain dit :

    Bon c’est décidé, vos productions sont tellement bonnes que je m’en vais les rajouter à la fin de l’article de ce pas.

  7. cover girl dit :

    N’oublions pas le spamodactyle, espèce sauvage cousine de celle des commentatosaures, c’est un animal fait néant partisan du moindre effort, qui ne connait qu’un seul mot, groaaaaaarrrrrr, qui veut dire en langage spamodactylien merci pour le partage 😉

  8. Salut Sylvain,

    Et mer…j’ai loupé un épisode qui m’aurait bien inspiré pourtant.
    Juste une espèce oubliée.

    Le Belgosaure: il vit au bord de la mer se nourrissant de crustacés et de tubercules qu’il découpe et fait cuire dans les sources d’eau bouillante.

    Il a une arme redoutable pour se défendre.

    Les ennemis qui s’approchent de lui sont victimes de spasmes et de cris rauques de plus en plus importants au fur et à mesure qu’ils s’approchent.

    C’est ce qu’on appelle le syndrome du Coluchosaure.

    Certains blogosaures qui disposent parfois du même système de défense(la familles des Sylvainidés surtout)se mêlent occasionnellement aux Belgosaures.

    On a du mal à les distinguer l’un de l’autre puisqu’ils produisent les mêmes excréments, bien différents des autres espèces (comme on dit, chacun ses merdes une fois).

    Ceux-ci sont très acides et brulent les panards des formatausaures qui ne savent généralement pas trop comment réagir lorsqu’ils ont marché dedans alors qu’ils étaient en train de chasser les pigeonnausaures (ceux-ci se réfugient parfois chez les belgosaures pour obtenir des astuces leur permettant d’échapper aux autres sales bêtes puantes).

    Ils ne sont malheureusement pas assez nombreux et l’on devrait protéger l’espèce.

    En votant un budget en leur faveur par exemple. Ce serait pas mal du tout.

    @+
    Christian.

    • Sylvain dit :

      Hé hé je me doutais que ce genre de billet t’inspirerait 😉

      Excellent pour le Belgosaure, je vais le rajouter à la suite des autres.
      Bonne idée pour le budget en leur faveur. J’y avais pas pensé tiens 😀

      A noter aussi que le Belgosaure a quelquefois un passif de Pigeonnosaure non? 😀 😀 😀 😀

      Bon, je te laisse, je vais m’occuper de mes excréments.

      Ouebolitiquement,
      Sylvain

  9. Julien dit :

    Et l’expertausaure ? C’est une évolution intéressante du blogosaure qui se produit en général 2 à 3 mois après sa naissance. L’expertausaure à les mêmes caractéristiques que l’espèce dont il descend sauf qu’il est devenu expert en la matière et qu’il peut se permettre d’espérer un jour être accepté dans le clan des Formatosaure.

    Très drôle ton article 🙂

Laisse une réponse

Powered by WordPress | Designed by: Download Premium WordPress Themes | Thanks to Premium Themes, Domain Registration and All Premium Themes